Éric Mozas treizième au volant du Polaris RZR 1000XT+30, Stéphane Troté arrive avant l’heure limite !

SEALINE CROSS COUNTRY RALLY 2015

 

Mercredi 22 avril 2015

Troisième étape : Sealine – Sealine

Liaison : 3,58 km – Spéciale : 392,52 km – Liaison : 1,21 km – Total : 397,31km

 

 

 

Le vent a calé, l’humidité augmentée et l’air est moite quand les RZR du Xtremeplus Polaris Factory Team prennent le départ peu après 8h. Après une petite liaison de 4 km, ils ont attaqué par environ 65 kilomètres de sable composés de dunes entrecoupées de chott et de plage. Ensuite, les pistes deviennent rapides et techniques pour terminer, à nouveau, par une vingtaine de kilomètres de dunes.

Cette troisième étape fut excellente pour l’équipage n°214 Éric Mozas navigué par Sébastien Delaunay qui se classent 13es de la Spéciale et remontent à la 11e place au général. Stéphane Troté et Jean-Michel Polato ont eu moins de chance et ont dû gérer un petit soucis de ventilateur.

 

 

ÉRIC MOZAS/SEBASTIEN DELAUNAY N°214 – 13es et 11es au général : « Cela commence à se compliquer car nous avons croisé les traces des autres jours. C’était vraiment très dur en navigation mais j’ai le meilleur copilote qui existe ! insiste Éric. Notre objectif était de rouler vite et nous avons roulé vite ! Nous avons même remonté des T2 et T1 sur les pistes techniques car s’ils roulent à 90 km/h, nous, avec le RZR 1000XT+30, nous étions à 120 car nous sommes plus légers et très agiles. Maintenant que nous avons une bonne avance, nous allons gérer le reste de la course. »

 

STÉPHANE TROTÉ/JEAN-MICHEL POLATO N°240 – 12es et 19es au général : « Ouf ! s’exclame Stéphane à l’arrivée au bivouac. Nous sommes arrivés tout juste, 10 minutes avant notre heure limite ! C’est de ma faute, je n’ai pas serré la main de Jean-Michel, comme chaque matin, et de ne pas accomplir notre rituel nous a porté la poisse… Nous avons très vite eu un problème de ventilateur qui faisait chauffer le variateur et nous avons donc géré les températures, ce qui nous a quelque peu retardé… D’autant plus que nous avons également déjanté deux fois. Sur la fin, c’était long mais vivement demain que l’on reparte ! »